⟵ Retour

Pêche : comment les Bretons abordent la négociation post-Brexit ?

L'eurodéputée bretonne Marie-Pierre Vedrenne, se montre plus tempérée : selon l'accord de partenariat après le 30 avril, les pêcheurs devraient connaître les mêmes conditions d'accès pendant toute la période d'ajustement de cinq ans et demi prévue par l'accord du Brexit. « Nous demeurerons vigilants pour garantir à nos pêcheurs les mêmes conditions dont ils bénéficiaient avec l'accord de Granville », assure-t-elle. Il est cependant possible que moins de licences soient délivrées. Certains navires disposaient d'une licence sans jamais pour autant avoir pêché dans les eaux règlementées par l'ancien accord de Granville. »

Alors que la pêche en Bretagne représentait 375 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019 (sources FranceAgriMer, toutes pêches confondues), Marie-Pierre Vedrenne estime délicat d'évaluer les pertes possibles d'ici à 2026. « Nous sommes déterminés à ce qu'il n'y en ait pas, affirme l'eurodéputée. Cette réduction des prises nous oblige à fournir aux pêcheurs européens des alternatives et des compensations. »

La suite de l'article à lire sur le site de La Tribune


Une session du Parlement européen au lycée Sainte-Anne d’Auray
La suite de l'article à lire sur le site du journal Le Télégramme - 3 avril 2021...
Le Traité d'investissement Chine-Union européenne a du plomb dans l'aile
Les sanctions prises par Pékin à l’encontre de cinq eurodéputés sèment le doute sur le processus de ratification par le Parlement européen de l’accord, qui doit être lancé dans les prochains mois
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK